Méthode diagnostique des cancers : quoi de neuf?

Articles, Cancer, Santé

23 octobre 2017

Quand on pense à l’aspect médical des cancers, on pense aux chimiothérapies, à la radiothérapie, aux chirurgies et à l’ensemble des traitements qui sont employés pour les combattre. Mais avant de pouvoir soigner la maladie, il faut pouvoir la détecter et l’identifier. C’est là que réside l’importance du diagnostic.

La plupart du temps, le cancer est détecté quand le patient présente les premiers signes et symptômes de la maladie. Parfois, le diagnostic peut être posé à la suite de tests de dépistage : il s’agit d’examens médicaux qui sont offerts de manière préventive aux personnes qui possèdent un risque accru de cancers. Ces examens de dépistage peuvent être destinés à l’ensemble de la population à partir d’un certain âge, comme pour le dépistage du cancer du sein ou de la prostate. Ils peuvent aussi cibler des personnes spécialement à risque, par exemple parce qu’elles ont des prédispositions génétiques à certains types de cancers.

Les techniques de diagnostic classiques sont notamment basées sur l’utilisation d’imagerie médicale tels que les rayons X, l’imagerie par résonance magnétique ou divers types de scanner. Ces examens permettent de révéler la présence de structures anormales dans les tissus, lesquelles peuvent être cancéreuses. Dans la plupart des cas, les médecins vont aussi réaliser une biopsie, c’est-à-dire prélever une partie de tissu dans la région concernée pour l’analyser. Dans tous les cas, les examens de diagnostic ont pour but de confirmer la présence d’un cancer, d’en identifier le type et de caractériser la tumeur, entre autres en déterminant son grade.

Question sur la prévention? Avez-vous pensez au conseil génétique?

Diagnostics et biomarqueurs

L’utilisation des biomarqueurs est un autre outil important pour diagnostiquer les cancers. Un biomarqueur est une caractéristique qu’il est possible de mesurer, pour déterminer le fonctionnement normal ou anormal d’un organe. Un exemple bien connu de biomarqueur utilisé dans le diagnostic du cancer de la prostate est le taux sanguin d’une substance appelée APS (antigène prostate spécifique)1.

Avec l’essor récent de la thérapie ciblée, l’usage des biomarqueurs deviennent essentiels. Ils fournissent des informations précises sur les anomalies des cellules tumorales du patient et permettent de les cibler directement. Dans le cas du cancer du sein par exemple, certaines tumeurs expriment fortement le gène HER2. Lors du diagnostic, la mesure de ce biomarqueur pourra guider l’équipe médicale vers une thérapie personnalisée, appelée Trastuzumab, spécifiquement développée pour ce type de tumeurs2.

L’importance du diagnostic précoce

Les méthodes classiques de diagnostic permettent de déterminer précisément le cancer dont souffre le patient, mais elles peuvent prendre beaucoup de temps. Or, plus un cancer est traité tôt, plus les chances que la thérapie fonctionne sont grandes. Ainsi, pour le cancer du sein, si la maladie est détectée aux stades précoces, le taux de survie relatif après 5 ans est proche de 100%3. De nouvelles technologies, encore en développement, semblent encourageantes pour accélérer le processus de diagnostic. Parmi celles-ci, la détection de biomarqueurs tumoraux dans le sang semble des plus prometteuses. Cette méthode, auparavant utilisée pour caractériser des tumeurs déjà connues, est maintenant assez efficace pour le diagnostic précoce de cancers ovariens, pulmonaires et colorectaux4. Un autre progrès récent, issu de l’université du Texas à Austin, permet la détection de cancers du poumon, de l’ovaire, de la thyroïde et du sein en quelques secondes grâce à un instrument de la taille d’un stylo!5 Cet outil révolutionnaire, basé sur la spectrométrie de masse, pourrait guider les chirurgiens lors d’une ablation de tumeur en détectant quelles cellules sont malignes ou saines.

En résumé, deux qualités sont essentielles à un diagnostic optimal : précision et rapidité. L’utilisation des nouvelles technologies alliant ces deux aspects permettra d’améliorer l’identification de la maladie et donc l’efficacité des thérapies.

Note : Dans le cas d’un diagnostic récent, de nombreux organismes dont la Société Canadienne du Cancer, proposent ressources et informations utiles : www.cancer.ca

Je désire recevoir les prochains articles!

Simon Mathien, PhD

Simon est un jeune docteur en biologie moléculaire, formé à l’Université de Montréal. Il se spécialise dans l’étude des mécanismes cellulaires du cancer et se passionne pour la communication et la vulgarisation scientifiques. Il aspire à transmettre les avancées dans le domaine de la recherche biomédicale au grand public.

 

Références:  

1 : https://www.cancer.gov/types/prostate/psa-fact-sheet

2 : Trastuzumab — Mechanism of Action and Use in Clinical Practice : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMra043186

3 : D’après les données du American Cancer Society : www.cancer.org

4 : Direct detection of early-stage cancers using circulating tumor DNA. Phallen et al., Science Translational Medicine 2017. DOI: 10.1126/scitranslmed.aan2415

5 : Nondestructive tissue analysis for ex vivo and in vivo cancer diagnosis using a handheld mass spectrometry system. Zhang et al., Science Translational Medicine 2017. DOI: 10.1126/scitranslmed.aan3968