Les facteurs influençant la réponse aux médicaments.

La plupart du temps, les gens ne répondent pas nécessairement de la même manière au même traitement. Ce qui fonctionne pour l’un peut causer d’horribles effets secondaires pour d’autres. En pharmacologie, on utilise l’acronyme ADME (Absorption, Distribution, Métabolisme, Élimination) pour expliquer les différentes actions du corps sur un médicament.

figure1-article-alexe2-FR.png

Figure 1 : Principe de pharmacocinétique ADME.[1]

La première étape est l’absorption. En effet, si le médicament n’est pas absorbé, il ne pourra pas avoir d’effet thérapeutique. Le processus d’absorption représente les barrières que le médicament devra passer avant de se retrouver en solution dans le sang.[2] Par exemple, si le médicament est donné par voie orale, il devra en général être absorbé dans le tube digestif. Déjà à cette étape, il existe plusieurs facteurs propres à l’individu pouvant influencer la réponse aux médicaments, comme l’âge du patient, le pH digestif, une alimentation riche en graisse, une pathologie associée au système digestif ou cardiaque, la vitesse du vidage gastrique et la mobilité intestinale.[3] De plus, dépendamment de la méthode d’administration, les étapes de l’absorption peuvent varier. Toutefois, si le médicament est administré par voie intraveineuse, il passe directement à la deuxième étape puisqu’il atterrit directement dans le sang.

Ensuite, c’est l’étape de la distribution. Comme son nom l’indique, la distribution est l’étape où le médicament est distribué dans les différents tissus du corps. Les facteurs pouvant influencer cette étape sont le manque d’irrigation des tissus, la masse des tissus et la capacité du médicament à franchir les barrières vasculaires et tissulaires.[4] De plus, la liaison d’une certaine quantité de médicaments aux protéines plasmatiques influence aussi la réponse d’un individu à un médicament, puisque seule la portion libre du médicament est considérée comme active.[5]

L’étape suivante est celle du métabolisme. Cette étape est cruciale et permet l’inactivation du médicament en le transformant en une forme plus facile à éliminer. Par contre, dans certains cas l’action inverse se produit, c’est-à-dire que si le médicament a été donné sous forme inactive (une prodrogue) il sera activé lors de la métabolisation au lieu d’être inactivé. Dans les deux cas, le médicament ressort sous une forme chimiquement différente de celle du départ. La métabolisation du médicament peut avoir lieu dans plusieurs organes, mais les enzymes responsables de la métabolisation sont principalement présentes dans le foie.[6] Les cytochromes p450 sont les principaux enzymes hépatiques responsables de la métabolisation du médicament. De plus, l’activité de ces enzymes varie entre les individus selon leur âge et certaines prédispositions génétiques. Effectivement, on dénombre plusieurs mutations des cytochromes p450, ces mutations peuvent influencer la vitesse de métabolisme du médicament et ainsi influencer la réponse du patient au traitement.[7] Par la suite, la conjugaison transforme les médicaments afin de les rendre solubles pour qu’ils soient plus facilement excrétés par les reins. L’âge n’affecte généralement pas la conjugaison, mais les nouveau-nés effectuent cette transformation plus lentement. De même, il existe des facteurs environnementaux qui influencent aussi la réponse à un médicament, comme le stress, la grossesse et le tabagisme (voir figure 2).[8]

La dernière étape est l’élimination. Suite à l’inactivation du médicament par le métabolisme, le corps doit excréter ces produits. Les reins sont les principaux organes d’excrétion du corps. Toutefois, les résidus des médicaments peuvent aussi être excrétés dans la bile et d’autres voies secondaires, comme la sueur, la salive, les poumons, etc.[9] De plus, l’âge a une grande influence sur la clairance rénale. En effet, l’efficacité d’excrétion rénale d’une personne de 80 ans équivaut à environ 50 % de celle d’une personne de 30 ans.[10] C’est pourquoi l’âge est un facteur important à considérer lors de la prescription d’un médicament.

En terminant, chaque personne est unique, tout comme sa réponse à un médicament. Elle peut être influencée par une multitude de facteurs tels que la génétique, l’âge et plusieurs facteurs environnementaux. C’est pourquoi afin d’obtenir le meilleur traitement possible, il est important que votre professionnel de la santé considère tous ces facteurs avant de prescrire un médicament.

figure2-article-alexe2-FR.gif

Figure 2 : Facteurs pouvant influencer la réponse aux médicaments.[11]

Sources:

[1] Académie européenne des patients, Pharmacocinétique, 2015, Site officiel, [site web] consulté le 21 mars 2017, https://www.eupati.eu/fr/glossary/pharmacocinetique/

[2] Cloutier, B. et Ménard, N., Pharma-Fiches, 4e édition, Montréal, Gaëtan Morin, 2005, p. 26-27.

[3] Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, 4.2 Absorption d’un médicament, 2006, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.chups.jussieu.fr/polys/pharmaco/poly/cinetique.html

[4] Le, J., Drug Distribution to Tissues, Merck Manual, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.merckmanuals.com/professional/clinical-pharmacology/pharmacokinetics/drug-distribution-to-tissues

[5] Collège National de Pharmacologie Médicale, Devenir normal du médicament dans l’organisme : Distribution, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, https://pharmacomedicale.org/pharmacologie/devenir-normal-du-medicament-dans-l-organisme/36-etapes-du-devenir/73-distribution

[6] Le, J., Drug Metabolism, Merck Manual, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.merckmanuals.com/professional/clinical-pharmacology/pharmacokinetics/drug-metabolism

[7] Genetics Home Reference, Cytochrome p450, 2017, Site official, [site web], consulté le 21 mars 2017, https://ghr.nlm.nih.gov/primer/genefamily/cytochromep450

[8] Hussar, D.A., Pharmacogénétique, Le Manuel Merck, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.merckmanuals.com/fr-ca/professional/pharmacologie-clinique/facteurs-affectant-la-réponse-aux-médicaments/pharmacogénétique#v1108724_fr

[9] Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, 4.4 Métabolisme et élimination des médicaments, 2006, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.chups.jussieu.fr/polys/pharmaco/poly/POLY.Chp.4.4.html

[10] Le, J., Drug Excretion, Merck Manual, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 20 mars 2017, http://www.merckmanuals.com/professional/clinical-pharmacology/pharmacokinetics/drug-excretion

[11] Hussar, D.A., Présentation de la réponse aux médicaments, Le Manuel Merck, 2016, Site officiel, [site web], consulté le 22 mars 2017, http://www.merckmanuals.com/fr-ca/accueil/médicaments/facteurs-qui-influencent-la-réponse-aux-médicaments/présentation-de-la-réponse-aux-médicaments