L’enfer de la rentrée scolaire?

Articles, TDAH

2 octobre 2017

Après la zenitude des vacances, la frénésie de la rentrée scolaire est parfois source de stress pour les enfants vivants avec un TDAH et leurs familles. En effet, les nombreuses adaptations du début d’année peuvent être causes de conflits et de frustrations à l’école, comme à la maison.

Tout d’abord, considérons les éléments qui rendent ardue l’adaptation aux nouvelles routines et aux nouvelles autorités. Les éléments les plus apparents sont l’hyperactivité physique ou verbale et l’impulsivité. Se traduisant en bavardage incessant, en bougeotte excessive, en difficulté d’autocontrôle des impulsions lors d’émotions vives; ces difficultés d’ordre neurologiques, surtout en groupe-classe, peuvent s’avérer problématiques. Les conséquences directes de ces dernières sont les difficultés d’ordre social: conflits avec les pairs et la fratrie, rejet de et par l’autorité. Ainsi, il n’est pas rare que les enfants et adolescents ayant un TDAH présentent également une immaturité psycho-sociale. Ensuite durant l’apprentissage, le retard de maturation de certaines zones du cerveau (Shaw et al. PNAS, 2007) se traduisent en difficultés de concentration et de la mémoire de travail. Cela ralentit l’apprentissage, car l’enfant manque des éléments importants de ses activités d’apprentissage, occulte des consignes et des détails durant les tâches et l’accès à la mémoire à long terme est moins direct.

Dans le quotidien et dans toutes les sphères de sa vie, l’enfant diagnostiqué d’un TDAH éprouvera du mal à s’approprier les routines et les moments de transitions (changements et déplacements de tous types). De plus, il lui arrivera de perdre des objets, du matériel, et de ne pas savoir comment organiser ses espaces de travail et de jeu efficacement. Enfin, l’adaptation à de nouvelles figures d’autorité peut également être longue, car la peur d’être incompris et de ne pas être accepté leur pèse beaucoup.

Heureusement, il y a de l’espoir. Sans entrer dans le chaud débat de la médication, il existe une panoplie de petites adaptations efficaces et peu coûteuses en temps et en énergie pour faciliter le retour à l’école :

 

Sommeil et alimentation

  • Tout d’abord, il faut tenir compte du fait que les efforts de concentration sont très énergivores pour la personne atteinte du TDAH. Il faut donc s’assurer que le sommeil soit suffisant et que l’enfant ou l’adolescent mange régulièrement. Les repas peuvent être remplacés par des collations multiples, s’il ne mange pas le matin ou le midi.

Article : Le lien entre le TDAH et la nutrition

 

Canaliser l’énergie (objets divers et positions de travail) 

  • De plus, pour canaliser le besoin de bouger, il existe une panoplie d’objets et de moyens silencieux, qui ne perturbent pas le déroulement des cours. Parmi les plus efficaces et abordables, nous retrouvons: la possibilité de travailler debout ou assis à terre, les responsabilités de distribuer le matériel pour le groupe, les cousins kinesthésiques en caoutchouc, les élastiques d’exercices placés sur les pattes du bureau, les balles de stress, et les serpentins en plastiques de types Tangles.
  • On peut également prévoir des alternances et des pauses, de 2m à 5m, à toutes les 10m à 20m de travail; pour permettre au cerveau de traiter les nouvelles informations et éviter de surcharger la mémoire de travail.

 

Cohérence et stabilité dans la routine (trucs de rappel)

  • Enfin, pour éviter de répéter les mêmes consignes incessamment, ce qui devient lourd pour parents et enseignants, privilégier les listes de tâches de 5 éléments ou moins, écrites en points brefs ou en pictogrammes. Les listes peuvent être placées stratégiquement sur le bureau, sur la porte, dans l’agenda, etc. Cela accélérera l’acquisition de l’autonomie et réduira grandement les rappels et la frustration qu’ils amènent.

 

Bref, peu importe la sévérité des symptômes du TDAH, il est possible de faire apprendre et réussir ces enfants ou adolescents, lorsqu’on trouve des moyens individuels favorisant la concentration. Ceux qui n’ont pas cette chance peuvent malheureusement devenir plus dérangeants, voire développer une anxiété pouvant devenir chronique, face à l’environnement scolaire. Dans les meilleurs cas, ces petites adaptations efficaces peuvent favoriser l’épanouissement, l’autonomie, le plaisir et développer la créativité!

Finalement, si vous vous interrogez sur la médication, le guide qui suit pourrait vous éclairer en parallèle avec une consultation avec un médecin et un suivi des progrès avec les enseignants.

Bonne rentrée à tous!

Je désire recevoir les prochains articles!

Candice Wu

Candice Wu évolue dans le monde de l’éducation spécialisée depuis plus d’une dizaine d’années. Formée en adaptation scolaire-orthopédagogie, en communication interculturelle et en troubles du comportement, elle se passionne pour les projets innovateurs et poussant les limites de l’éducation en milieu scolaire et communautaire. Dynamique, créative et engagée, elle est active auprès de deux organismes à but non-lucratif, Déclic, depuis 2009 et Pour3points, depuis 2011. Elle est présentement responsable du soutien et des services en orthopédagogie au premier cycle du secondaire, de l’école Vanguard; un établissement privé à vocation sociale, qui se dédie à la scolarisation des enfants et des adolescents à diagnostiques multiples de troubles graves de l’apprentissage.

  

Références :

Irene M. Loe, MD Heidi M. Feldman, MD, PhD. (2007). Academic and Educational Outcomes of Children With ADHD, Journal of Pediatric Psychology. Volume 32, 643-654.

Shaw et al. (2007). Attention-deficit/hyperactivity disorder is characterized by a delay in cortical maturation. PNAS. 104 (49). 19649–19654doi: 10.1073/pnas.0707741104.

http://www.douglas.qc.ca/info/trouble-deficit-attention

http://www.institutta.com/troubles-apprentissage/

https://aqnp.ca/documentation/developpemental/tdah/