L’effet Angelina Jolie - Cancer du sein

Articles, Cancer, Santé

13 novembre 2017

Les célébrités ont une grande influence sur le mode de vie de certaines personnes et, surtout, sur les choix que font certains consommateurs. À l’ère d’Internet, des médias sociaux et de la libre circulation de l’information, peu de secteurs son épargnés : vêtements, cosmétiques, alimentation, automobiles… Mais aurait-on jamais cru que la médecine et la santé seraient un jour touchées?

Pourtant, les stars et autres people de ce monde ont bel et bien une influence sur les choix que nous faisons en ce qui a trait à notre santé. Ce phénomène, relativement répandu, porte même un nom : l’effet Angelina Jolie! Vous vous souvenez probablement de la couverture médiatique que cette dernière a récoltée lorsque, en 2013, elle annonçait avoir subi une double mastectomie préventive pour se protéger de ses risques génétiques d’être un jour atteinte du cancer du sein…

Bref, on ne peut plus nier l’influence qu’ont certaines célébrités sur toutes les sphères de notre vie. Cela ne nous empêche pas pour autant de nous questionner à savoir quels sont les effets de ce phénomène sur la santé publique.

 

Les faits

En mai 2013, le New York Times publie une lettre d’opinion[1] intitulée « My Medical Choice » et rédigée par Angelina Jolie, dans laquelle elle raconte avoir subi une double mastectomie préventive et explique au grand public les raisons qui l’ont poussée vers ce choix déchirant.

Dans cette lettre empreinte d’émotions, Jolie raconte avoir perdu sa mère alors que cette dernière était âgée de 56 ans, et ce, après un long combat contre un cancer du sein et un cancer des ovaires. Sa grand-mère maternelle ainsi qu’une de ses tantes ont aussi été victimes du cancer du sein. Elle explique donc que c’est ce qui l’a poussé à se soumettre à un test génétique visant à détecter une mutation du gène BRCA1 et BRCA2, connue pour augmenter considérablement le risque d’un jour souffrir de ces types de cancer.

Les tests ont révélé que Jolie portait bel et bien la mutation du gène BRCA1, une anomalie héritée de sa mère. C’est par amour pour sa famille qu’Angelina Jolie a pris la décision de subir l’ablation préventive de ses deux seins.

 

La mutation des gènes BRCA

« Chez les femmes dont l’incidence de cancer du sein ou de l’ovaire est élevée dans la famille, en particulier chez des parents au premier degré, il peut y avoir un lien entre les gènes [BRCA1 et BRCA2] et ces 2 types de cancer. »[2] C’est ce qu’on peut lire sur le site de la Société canadienne du cancer. Or, c’est exactement la situation à laquelle faisait face Angelina Jolie.

Les gènes BRCA1 et BRCA2 sont des gènes suppresseurs de tumeurs, c’est-à-dire qu’ils produisent une protéine assurant la stabilité du matériel génétique des cellules. Lorsqu’il y a une mutation d’un de ces gènes, les cellules sont plus susceptibles de développer des altérations génétiques qui risquent d’évoluer vers un cancer[3].

La mutation des gènes BRCA représente un risque accru de développer un cancer du sein qui varie de 40 à 85 %. Pour ce qui est du cancer de l’ovaire, ce risque grimpe de 25 à 65 %[4]. Dans sa lettre, Angelina Jolie écrivait que sa double mastectomie réduisait son risque personnel de développer un cancer du sein, qui se trouvait alors à 85 %, jusqu’à aussi bas que 5 à 10 %.

Il faut toutefois savoir que la mutation du gène BRCA n’est associée qu’à environ 5 % de tous les cancers du sein.

 

Une influence quasi immédiate

La lettre d’Angelina Jolie a fait l’effet d’une bombe dans le monde des médias, ayant été relayée sur de nombreuses plateformes à travers le monde entier! Pour analyser les effets qu’ont eus les choix de l’actrice sur la santé publique, des chercheurs de la Harvard Medical School ont analysé les variations dans le nombre de tests de dépistage du gène BRCA aux États-Unis. Les résultats de leur étude[5], basés sur la base de données d’une compagnie d’assurance contenant les informations de 9 millions de femmes âgées de 18 à 64 ans, démontrent concrètement « l’effet Angelina Jolie ».

Les chercheurs ont dénoté une augmentation de 64 %[6] du nombre de tests de dépistage du gène BRCA dans les deux semaines suivant la publication de la lettre dans le New York Times. Ce taux d’augmentation s’est maintenu à travers le reste de l’année 2016.

Il faut toutefois être conscient que cette étude présente certaines limites puisque les chercheurs n’ont pas pu obtenir de données quant au nombre de résultats positifs obtenus à la suite des nombreux tests de dépistage réalisés. Ils ont plutôt analysé la variation dans le nombre de mastectomies préventives réalisées. Cette intervention chirurgicale ne représente pas la seule action envisageable face à un test aux résultats positifs.

Il ne fait aucun doute que les actions posées par Angelina Jolie auront eu un effet considérable sur la sensibilisation aux risques de cancer du sein associés aux gènes BRCA. Or, davantage de données seront nécessaires afin d’évaluer l’impact de l’effet Angelina Jolie sur la prévention de ces cancers.

 

Savoir évaluer son risque personnel

Il est clair que la lettre de l’actrice a eu un effet monstre sur le plan de la sensibilisation du public quant aux risques génétiques héréditaires associés au cancer du sein, de même que sur l’éducation du public sur les tests génétiques auxquels il est possible de se soumettre.

Le parcours d’Angélina Jolie lui aura permis de réduire au maximum ses risques personnels de développer un cancer du sein, mais il est primordial de se rappeler que la mutation du gène dont elle souffre n’est associée qu’à une certaine proportion de tous les cancers du sein diagnostiqués. Ce parcours ne représente pas la recette miracle pour la prévention du cancer du sein, mais bien une recette parmi tant d’autres…

Ainsi, avant de faire aveuglement confiance à l’influence d’une célébrité, il est conseillé d’étudier son cas et d’aller chercher l’avis de professionnels, particulièrement lorsqu’il est question d’une maladie génétique héréditaire. Questionnez vos proches sur votre historique familial, consultez votre médecin et, dans le meilleur des mondes, demandez les services d’un conseiller en génétique qui saura évaluer votre risque personnel mieux que quiconque.

Visitez notre site Web (https://biogeniq.ca/nos-produits/produit-cancer-sein/) pour découvrir les bonnes questions à vous poser afin de déterminer si, oui ou non, vous devriez vous soumettre à un test génétique de dépistage du gène BRCA. En cas de doute, communiquez avec nos conseillers en génétique dès maintenant (https://info.biogeniq.ca/contacter-conseillere-génétique)

Je désire recevoir les prochains articles! 

 

Références : 

[1] http://www.nytimes.com/2013/05/14/opinion/my-medical-choice.html